7 herbes-remèdes du Printemps

Mettre en accord les rythmes du corps de la terre et ceux des corps humains.

Avant d’entrer dans la cure nettoyante du printemps, il est nécessaire d’être sur la voie d’une alimentation de source artisanale, biologique, bio dynamique, avec des plantes sauvages & de nombreuses aromatiques (coriandre & persil, basilic…) qui amènent une grande variété de minéraux, de vitamines, des acides organiques, des oligo-éléments  et des acides gras essentiels.

Les soins ancestraux herboristes – consultations herboristes

Dans le paysage, les plantes s’accordent entre elles, dans ce pays sage, je vous accompagne dans cette nature sauvage pour trouver les êtres végétaux qui seront en accord avec vous.

Dépurer du latin depurare, de purus, purLes cures dépuratives sont connues dès le 13ème siècle, mais elles sont pratiquées naturellement depuis des millénaires car la nature nous offre, grâce à ses cycles cosmiques et terrestres, les plantes qui initient ce nettoyage accordant les rythmes du corps de la terre, des étoiles et ceux des corps humains.

En ayurveda, il est dit que nous devons, pour être en bonne santé avoir les 6 goûts dans notre assiette. Alors que nous en avons 4, sucré, salé, acide, amer, les Indiens ajoutent l’astringence et le piquant. Les plantes quelque soit leur forme (Tisanes, alcoolatures, huiles essentielles) contiennent ces principes actifs qui leur confèrent ces qualités.

Les prochains ateliers “ Les herbes sauvages du printemps”  de Marilyn Brentegani, femme-herboriste web & facebook

Nous avons écarté de notre alimentation cette saveur, l’amer qui est apéritive, au sens archaïque « qui ouvre les conduits du corps » et digestive qu’illustrent dans nos cultures communément le Pissenlit, la Chicorée, l’Artichaut, la Bardane, la Camomille…

Où faites-vous vos courses? Nourriture & médecine végétale – Les adresses
L’amer, une saveur fondatrice fondamentale.

Elle sépare le monde en deux le monde végétal. C’est aussi le goût du fiel vert: quelque chose en nous se nourrit de l’amertume des plantes, étroitement imbriqué au foie, le lieu du sang et de l’un des 3 « esprits vitaux » dans l’ancienne compréhension occidentale du corps.(…)

(…)L’amer, saveur apéritive (au sens archaïque: qui « ouvre les conduits du corps ») et digestive qu’illustrent toujours communément, dans nos cultures, le Pissenlit et la Chicorée, annonce encore, sur un autre registre que l’aliment, de possibles pouvoirs fébrifuges: l’écorce de Saule, la petite Centaurée, la Grande Camomille sont des plantes propres à refréner « l’ébullition du sang ». Dans l’ordre intermédiaire, les dépuratifs amers sont perçus comme des activateurs généraux de l’organisme : ils purifient le sang, restaurent l’appétit, « font sortir les crasses du corps ». (…)

La dermatose témoigne du ‘mal qui veut sortir ».  Et ici, la salade des champs peut amorcer en douceur la cure tonique & nettoyante que conclura l’infusion (très amère) de petit-chêne, de marrube ou de bardane.

En arrière-plan, c’est toujours l’association amer-bile-foie-sang qui régit le processus thérapeutique, le renouveau des sèves dynamisées par les force centrifuges tenant lieu d’amorce et de modèle.

Symbole d’une rudesse des saveurs dont la civilisation nous préserve, l’amertume des nourritures sauvages de printemps tient donc une place importante dans l’alimentation traditionnelle (et primitive).

Les 7 herbes du Printemps en infusion: 3 tasses par jour pendant 3 semaines

Les toniques-amers :

Le Chardon marie, Silybum marianum,le protecteur hépatique: feuilles et semences, l’artichaut sauvage, oui il se mange aussi, détoxifie le foie, et régénère les cellules hépatiques, les semences (décoction: faire bouillir à petit feu, à couvert les graines 7 min et laisser infuser 7 min) remontent une tension un peu basse, améliore la digestion, atténue les douleurs articulaires et les maux de dos.

La Fumeterre, Fumaria officinalis, fumée de terre », c’est une plante qui lutte contre la pesanteur, elle flotte au dessus de la terre comme une fumée d’un rose violacé. Elle est utilisée dans les blocages du foie et de la veine porte,  l’insuffisance du flux biliaire comme un régulateur et un effet “dépuratif du sang”.

Le Pissenlit, Taraxacum officinalis (les racines en décoction). Le latex qui en sort contient des sucres (inosite, mannite), des corps gras, du caoutchouc, des amers, de l’inuline, des cires. La diurèse augmente, le flux biliaire augmente, les stases de la veine porte sont dénouées. Tous les maux du foie sont vaincus et par ses amers, il combat les gastrites et normalise la genèse du sang.

L’Achillée Achillea millefolium fortifie la fonction digestive, calme les coliques, les crampes digestives grâce à ses substances amères, soufrées et camphrées. Elle est connue pour guérir les plaies internes et externes avec une action hémostatique puissante.

J’ajouterai celles qui nourrissent nos corps: le Plantain sous forme d’alcoolature et l’Ortie en infusion, en aliment sauvage ; et les tonifiantes: le Romarin & le Thym sauvage pour leur parfum réconfortant et fortifiant pour la conscience.

L’infusion du Printemps: Mélangez 1 càs de feuilles de Chardon et d’Ortie, ajoutez 1 pincée de Romarin et d’Achillée. Mettez dan l’eau froide, coupez le feu avant ébullition et Infuser 10 minutes avant de boire vos 3 tasses par jour pendant 3 semaines. 

Les prochains ateliers Les herbes sauvages  de Marilyn Brentegani, femme-herboriste 

*Pierre Lieutaghi, La plante compagne

Article paru dans le magazine Féminin bio.com