Les plantes sacrées, purificatrices & guérisseuses du solstice d’été

Alban Hefin
 AU MUSEE D’ORSAY

Dans toutes les traditions païennes d’Europe, l’une des principales fêtes, voire la plus importante même, c’est le solstice d’été, moment qui marque le point culminant du soleil dans son cycle annuel autour du 21 juin. Le soleil est alors à son zénith, à l’endroit le plus élevé de son cheminement céleste. Pendant cette célébration, le monde céleste est tout puissant, rayonnant de lumière, de joie, de forces vives, et conduisant à la victoire tous ceux qui collaborent avec le rythme des cycles saisonniers.

Le calendrier est chargé de régler la vie humaine en accord avec le rythme cosmique dont le cycle illustre les différentes fonctions de l’existence.

C’est un calendrier Luni-solaire, la lune régissant les fêtes traditionnelles : Samonios (8 novembre) Brigantia ( 4 février) Beltan (6 mai) Lugonasada (8 août) et le Soleil, les 2 solstices et les 2 équinoxes.

Lors du rituel de chaque fête, sont honorés dieux & déesses Celtes.

Cette période serait propice à la magie telle que l’amour, la guérison, la protection… le Pouvoir est intense. Traditionnellement, les mages récoltent les herbes magiques en cette journée qui est aussi la plus longue de l’année. Cette fête correspond à la fête de la Saint Jean pour les chrétiens. C’est la fête de la renaissance et de la fertilité.

Le dieu de la nature est à l’apogée de sa force; il règne en seigneur de la forêt sur un trône de bois vert. La terre nage dans la fertilité, ce jour est célébré car le soleil est à son zénith, mais il rappelle son futur déclin. Le dieu du chêne combat le dieu du houx qui va remporter la victoire et régner jusqu’à Yule. Les jours raccourcissent. Le voile entre les deux mondes est aussi mince qu’à Samhain, on peut donc rencontrer des représentants du « petit peuple » et les esprits des morts peuvent plus facilement traverser la frontière. La légende raconte que si l’on marche accidentellement sur du Millepertuis le soir de Litha, on peut se retrouver au pays des fées.

Le solstice d’été fut une des 3 nuits des Esprits dans l’année (avec Beltaine & Samonios)

Des fées & des fantômes investissaient les lieux, aisément visibles pour ceux dont la sensibilité rendait le voile entre les mondes particulièrement mince. Les solstices sont un temps de célébration du maintien de l’équilibre de la nature cosmique et de l’harmonie de la magie des cycles naturels

Le moment était bien choisi pour cueillir les plantes magiques & médicinales : la graine de Fougère ramassée la veille su solstice pouvait rendre invisible, les baies de Sureau protégeaient des sortilèges, l’Orpin, la Verveine, L’Achillée étaient suspendus dans des endroits spéciaux dans la maison pour préserver du mauvais œil et de la mort.

Par dessus tout c’était le moment de cueillir le Millepertuis, cette fleur dorée en forme d’étoile et qui étaient la première de toutes les plantes à ramasser la veille de la Saint Jean. Elle promettait santé aux bêtes et récolte abondante. On la jetait sur les feux de joie en Écosse.

Ces plantes magiques étaient remplies de l’énergie du soleil à son apogée, transformée à présent en bénédictions vertes pour le règne humain.

C’est l’été de l’année ! Le soleil culmine à l’apogée du jour ; toute vie sur terre est à sa floraison. Appel au Feu suprême, aux feux du soleil.

Nous réalisons que nous sommes au point mitan de l’année. La ligne de côte, tournant, ou point d’équilibre entre les puissances croissantes du printemps et du début de l’été et celles, décroissantes, de l’été plus tardif, et de l’automne.

Respecter une vigile de nuit comme un « jeûne de sommeil » fait une fois l’an peut être une expérience utile.

Le Feu père : Tantad

 L’élément incontournable des rites du solstice d’été est le bonfire. Ce sont les hommes du clan qui se chargent de dresser un grand bûcher pour le feu solsticial. Le feu et son symbolisme sont une célébration et un véritable hymne sacré aux forces solaires. Au milieu du bûcher, on place en général un mât représentant l’Axis Mundi, l’arbre cosmique, et, au sommet de cet axe, on place un symbole solaire (swastika ou roue solaire par exemple). Le symbole solaire qui brûle durant la cérémonie ne symbolise pas sa destruction, mais sa fusion avec les forces

Les eaux sacrées

Dans de nombreuses traditions, au crépuscule du solstice ou bien à l’aube du solstice, ont lieu des rituels liés à l’élément symbolique “eau”. Ce sont les femmes du clan qui se chargent de cet aspect magique du rituel solsticial. Après avoir fait une offrande à la Terre-Mère ou à une autre Déesse représentant une des facettes de la Terre-Mère, les femmes se baignaient rituellement dans un cours d’eau pour invoquer les forces de purification. On offrait parfois une petite flamme que l’on déposait sur l’eau pour que le courant l’emporte, ce qui figurait la purification par le feu et par l’eau.

Les femmes vont ensuite cueillir des fleurs et différents végétaux sacrés pour faire des couronnes avec lesquelles les participants se coiffent ou alors décorent les maisons et le lieu de la fête solsticiale. Ces couronnes sont elles aussi une image du soleil (le cercle) et de son union avec les forces vives de la terre (les fleurs).

Les herbes & les femmes

Les femmes du clan sont aussi celles qui sont chargées d’un autre aspect magique du solstice d’été, celui de la cueillette des plantes sacrées, plantes aux vertus médicinales et surnaturelles. Ceci a survécu partout en Europe avec les fameuses herbes de la Saint-Jean, « herbes » qui ont toutes des vertus de purification et de guérison. En cette nuit la plus courte, les plantes en général reçoivent une force toute particulière venue des forces célestes, leur sève « chante » d’une puissance inégalée durant le reste de l’année. Les cueillir au crépuscule ou à l’aube a bien-sûr son importance, car c’est à ce moment que la lumière ouranienne et l’obscurité chtonienne s’unissent dans une harmonie divine.

…Les femmes vont ensuite cueillir des fleurs et différents végétaux sacrés… le Millepertuis, l’Achillée millefeuille, la Joubarbe, l’Armoise, le Lierre terrestre, la Marguerite sauvage, ou encore la Sauge.

Et leur 20 autres herbes estivales, Angélique, Aubépine, Bourrache, Capucine, Chélidoine, Gentiane, Hysope, Lavande, Marjolaine, Mauve, Mélisse, Menthe, Myrte, Pimprenelle, Plantain, Reine Des Prés, Romarin, Serpolet, Thym Et Verveine

En cette nuit la plus courte, les plantes en général reçoivent une force toute particulière venue des forces célestes.  Au petit matin de la Saint Jean, les forces de la Terre sont à leur apogée.

Le rôle protecteur de l’arbre et du végétal.

Il est lié à la fécondité et porte bonheur. C’est un remède apotropaïque afin de dissuader les esprits mauvais, ceux des créatures de la nuit, ceux qui s’aventurent trop près des maisons.

Les druides se servent des plantes pour améliorer la santé et l’inspiration, en préparent des encens, des élixirs, et des bains magiques se tournant vers elles pour la guérison du corps et de l’âme.

Actuellement, la science explique l’effet d’une plante sur le corps ou le mental par ses composantes chimiques. Pour les druides, une plante est un être vivant capable d’influencer l’homme sur des différents plans.

Les plantes pendant le solstice

Dans le courant de l’année, les vertus des plantes elles-mêmes se modifient. La fleur étant l’expression totale de l’être végétal, sa raison d’être, on comprendra que l’époque qui précède la floraison est généralement le moment optimum de la cueillette des parties aériennes. Pour beaucoup de plantes, cet instant de tension particulièrement se situe aux alentours du solstice d’été 21 juin et de la Saint Jean le 24 juin et ce n’est nullement par superstition gratuite que les anciens consacraient le matin de la Saint Jean à la collecte des simples médecines.

les Herbes de la St JeanHerbes sacrées considérées comme des herbes protectrices des hommes & des femmes. Parce que c’est avec la chaleur que le sang circule mieux, les sèves, les huiles essentielles, les composants des plantes qui fleurissent au solstice, la médecine de ces plantes selon des méthodes parfois teintées de magie se trouve activée par le Feu originel. Cueillir la plante avec une serpe d’or en évitait l’oxydation. Les cueillir en avançant à reculons permettait d’entrer dans les mondes à l’envers des mondes visibles…

L’Achillée vous donne Force & Tonus. L’Armoise & la Sauge fortifient l’appareil digestif et régule les troubles féminins. La Joubarbe, Le Lierre terrestre soigne rhumes et bronchites, la Marguerite cicatrise, le Millepertuis vous réconcilie avec vous-même.

La cueillette

Pour le rituel de la cueillette, il faut avoir le cœur aussi frais que les mains, le ventre vide après la folle nuit, et s’accrocher un grand panier au bras … Nous voici donc en route, pieds nus dans la rosée, marchant à reculons … pour que la main ne prenne pas plus que n’embrasse un regard proche.

Puisqu’il est bon, à la Saint-Jean, d’avoir le cœur en amour, on récoltera d’abord les plantes qui composent la « poudre de badinage»: Marjolaine, Thym, Verveine Et Myrte. Mais que vaut l’amour si le corps nous manque ?

Pour lui conserver son intégrité et réparer les atteintes du temps et des maladies, point n’est besoin d’une volumineuse pharmacopée. Celle engrangée à son apogée, en ce jour où le soleil triomphe et exalte les sucs de la terre, ces remèdes gratuits et à la portée de tous y pourvoiront. 

Les 7 herbes du Solstice d’ETE

L’Achillée, l’herbe aux coupures, prisée d’Achille, héros mythologique de l’Iliade et de ses guerriers qui en exprimaient le suc frais pour guérir leurs blessures. La médication lui avait été enseigné par Vénus elle-même.  Herbe de Saint Joseph le saint patron des Charpentiers. Une grande vulnéraire, cicatrisante.

Depuis la nuit des temps, l’Achillée a été tenue pour une plante notable.

Elle servait d’offrande il y a plus de 60 000 ans (Échantillons de pollen prélevés dans la tombe d’un homme du Neandertal du Nord de l’Irak actuel.) Mentionnée par Dioscoride et par Pline qui raconte que le centaure Chiron enseignait à Achille à préparer un baume à base d’Achillée pour soigner ses guerriers.

La capacité de l’Achillée de stopper un saignement était bien connue aux Amériques et au Canada.

Les feuilles étaient mastiquées comme panacée. La plante préférée des herboristes saxons et médiévaux et un important ingrédient de la médecine traditionnelle chinoise.
En infusion de fleurs, 30 g par litre, trois tasses par jour, elle lutte contre les parasites intestinaux et redonne du tonus.  Tonique & amère

Cette propriété anti-hémorragique était connue de l’ensemble de la Grande Bretagne et de l’Écosse, ce que reflètent plusieurs de ses noms populaires comme l’herbe aux coupures et l’herbe aux charpentiers. Utilisée en baume et aussi brûlée par les Highlanders comme insectifuge.

Gerçures des mains, crevasses ou les ulcères variqueux.

Utilisée pour ses valeurs apéritives Composition du Thé Helvète avec le Génépi qui n’est autre que l’Armoise des Montagnes.

Beaucoup de vieux méridionaux font toujours leur cure de salades amères dès mars. Non sans un partage équitable, ici aussi de la gastronomie et de l’entretien du corps. Des herbes douces tempèrent des amertumes.

Le propos est de dépurer le sang, concept moteur d’une prévention populaire parfaitement adapté au corps dans les rythmes du monde.

L’Amer

Est une saveur fondatrice. Elle sépare en deux le monde végétal. C’est aussi le goût du fiel vert : quelque chose en nous se nourrit de l’amertume des plantes, étroitement imbriqué au foie, le lieu du sang et de l’un des 3 esprits vitaux dans l’ancienne compréhension occidentale du corps.  (Foie- Rate-Estomac)

Le foie 

Toutes les grandes fonctions passent par le foie. Toutes les autres glandes ont besoin de lui en particulier la thyroïde, les ovaires, les testicules.

L’Armoise, Huélen-wenn Artemisia vulgaris, Précieuse déesse, la mère des herbes, la couronne de Saint-Jean, fille d’Artémise, déesse des femmes, et bonne fille des chemins et des décombres. Elle préserve de la foudre et les voleurs quiconque a eu soin d’en former une couronne.

Artémise, déesse lunaire des Grecs, Sainte patronne des femmes a découvert les vertus de cette plante. C’est pourquoi elle lui fut dédiée.
On cueille seulement ses tiges fleuries qu’on utilise pour soigner les troubles féminins, mais aussi pour fortifier l’appareil digestif.
Infusez de 10 à 15 g par litre d’eau pendant 1/4 d’heure
et buvez-en trois tasses par jour entre les repas. 

On portait une ceinture d’armoise avant de la brûler sur le feu de la St Jean.
La Joubarbe, Sempervivum tectorum, Hégleo, petit artichaut sauvage des toits des murailles sèches, mais herbe du grand Jupiter, dont le domaine est les affections épidermiques : cors, dartres, gerçures, piqûres d’insectes … que l’on guérit avec des cataplasmes de feuilles fraîches pliées. 

Herbe du tonnerre, Nombreux sont ceux qui l’entretiennent avec le plus grand soin sur leur toit, car elle préserve de la foudre. Cette alliée du Feu céleste est un anti inflammatoire cicatrisant efficace, bon remède populaire des brûlures.

Bio indicatrice : absence de sol, habitat riche en espèces rares et protégées. Absence de pouvoir de fixation, d’humus et de MO.

Elle sécrète des acides pour s’implanter dans les sols minéraux. Cette plante des cristaux & des cailloux va donc soigner les cristaux et les cailloux qu’elle est capable de dissoudre. Hémostatique, diurétique, astringente, cholalogue, dissolvante.

En TM cicatrisation des plaies, calculs rénaux & biliaires. Congestions hépatiques & de la rate.
Le Lierre terrestre, qu’on appelle aussi courroie de Saint-Jean tant il rampe et s’allonge, dans les bois et les haies, pour porter ses fines tiges à fleurs en gueules violettes. On ramasse la plante entière pour lutter, l’hiver venu, contre les troubles des bronches. Orl :  TM . Il remet de l’ordre dans le métabolisme général de l’organisme. Tonique & béchique et riche en vitamine C. LE Suc aspiré par les narines contre les migraines. Au 16è usage externe contre les plaies. Contre la folie. Puis purge le cerveau, les catarrhes pulmonaires, l’asthme humide et la Toux. Bourrache (sudorifique) + Réglisse + Hysope + Lierre + Coquelicot  contre les vieilles toux. Bio indicatrice  évolution vers la forêt

Engorgement en MO végétale archaïque
Une cuillerée à dessert de la plante pulvérisée, dans une tasse,
doit infuser 10mn et l’on en boit trois ou quatre tasses par jour entre les repas. En pesto

La Marguerite, la gloire des champs de l’été peut, quant à elle, s‘utiliser fraîche,
le cœur broyé, sur les plaies qu’elle aide à cicatriser.
 
Sèche et infusée 10mn, une cuillerée à soupe de fleurs par tasse, 

elle soignera les conjonctivites, les migraines, déclenche les lunes…

A une action inhibitrice de l’agrégation plaquettaire.  TM ou tisane
Le Millepertuis, Hypericum perforatum, Kant-tout, l’herbe aux fées, l’herbe aux brûlures, dont on cueille les fleurs d’or sur les bords des chemins et dans les prés ensoleillés. Il a trouvé faveur en certaines imaginations, au point d’y devenir propre à chasser le démon d’un corps d’un possédé.

On en remplit un bocal de verre blanc, on les recouvre d’huile d’olive et on expose au grand soleil pendant 7 semaines. Après filtrage, on obtient une huile d’un beau rouge que l’on garde bien bouchée.  Voilà de quoi soulager et soigner les brûlures, en onction, et calmer les douleurs rhumatismales en friction. Froisser les feuilles de Millepertuis, il se dégage une odeur d’encens. Et l’Encens est le parfum réservé à la divinité. Donc des pouvoirs de protecteurs contre les sorciers, les démons et on en accrochait une branche chaque année le jour de la St Jean à la porte des maisons.

C’est l’ensemble des signes du Millepertuis qui l’associe au feu, à la blessure, au sang et le destinent aussi bien à la défense contre les créatures de l’ombre humaines et inhumaines. Les diables ont horreur du soleil. Et de tout ce qui fait clarté dans les regards et les âmes.

Traditionnellement utilisée dans les dépressions nerveuses & les ulcères gastroduodénaux en interne. Et en Externe Plaies, brûlures, douleurs intenses, écrasement, traumatismes.  Coup de soleil. Rhumatismes, Foulure.  « Pour blessure profonde et celles qui traversent le corps. »  En Baume En tant que Vulnéraire on l’associe à L’Absinthe , L’Angélique, La Sauge, La Mélisse, Le Fenouil, L’hysope, La Marjolaine, L’arnica

Vin de Millepertuis

10 j macération de 40g de plante dans 1 l de vin rouge. Pour les mauvais fonctionnements de la vésicule.

Elixir Bach Protection & force de l’âme. Fleur symbole solaire de la divinité Père soleil. Processus de lumière et d’incarnation dans la matière.
La Sauge, la « toute-bonne » « Pourquoi mourrait il l’homme qui a sauge en son jardin ? »
On la trouve en sauvageonne, bien sûr, mais l’officinale est si facile à cultiver
et si puissante qu’il ne faut pas hésiter à l’installer dans son jardin.
Toutes sont d’irremplaçables toniques et stimulants. Elles sont en outre d’admirables digestifs, infusées 10rnn à 20 g par litre et prises trois fois par jour .. , ou ajoutées aux viandes – surtout le mouton – au gibier, à la volaille ou au poisson dont elles facilitent la digestion.

Les feuilles de Sauge séchées, fumées comme du Tabac. Soulagent les Asthmatiques.

Histoire Salvia vient de Salvare, Sauver en Egypte ancienne remède de grande importance. « Herbe sacra » préconisée pour favoriser la fertilité chez la femme.

Anti septique, stimulante, tonique, stomachique, fébrifuge, anti spasmodique, emménagogue. Facilite la digestion en tisane. Diabète (en 1938). Digestion des graisses. A proscrire lors de la grossesse et allaitement.

Bouffées de chaleur de la pré ménopause. Bronchites, convalescence, diarrhées, hyper sudation, vésicule, déchaussement dentaire, neurasthénie. Bain de bouche Aphtes.  Ulcères jambe. Tonique, emménagogue, aphrodisiaque femme, astringent et anti septique intestinal, antisudoral pieds & mains, antiseptique externe.
Il est mille autres herbes de la Saint-Jean car chaque contrée a ses préférences, ses plantes compagnes, son savoir.
Point n’est besoin de les collectionner, ni en variétés ni en quantités.
Mais les sept énumérées ci-dessus permettent de faire face aux petits maux de tous les jours.
Naturellement, il est bien d’autres combinaisons satisfaisantes aussi … à condition d’être ramassées au meilleur moment, le matin, au meilleur jour, celui du solstice d’été, celui de la Saint-Jean !

Célébrer les fêtes saisonnières, méditer sur le pouvoir des éléments, visiter les sites anciens, baigner dans les énergies de la Lune, du soleil,et des étoiles sont des moyens de nous ouvrir aux pouvoirs de l’univers visibles et invisibles.

Marilyn Brentegani

06 69 15 49 78

marilynbrentegani@hotmail.com